Jean-Luc Mélenchon défend à nouveau Adrien Quatennens, de retour à l’Assemblée

« Foutez-lui la paix », « il a été assez puni » : Jean-Luc Mélenchon a quitté le plateau de BFM-TV, jeudi soir 10 février, furieux, après une séquence sur Adrien Quatennens, au cours de laquelle il a défendu le député, condamné pour violences sur son ex-compagne.

Accusant les journalistes de BFM-TV de « prendre un plaisir malsain à voir souffrir un jeune député », il leur a reproché « une jouissance sadique » à montrer les images du député, hué par des députés à l’Assemblée mardi soir, lors de sa première intervention dans l’hémicycle depuis sa condamnation pour violences conjugales.

« Ce que vous faites est moralement répugnant, je regrette de vous avoir fait confiance », a déclaré le fondateur de La France insoumise (LFI) après plus de deux heures d’émission consacrées à la reforme des retraites, affirmant que les journalistes avaient voulu « le prendre en défaut ».

« Il a été condamné, le juge aurait pu le déclarer inéligible, il ne l’a pas fait, donc Adrien Quatennens reprend son travail de député après avoir vécu un moment horrible, six mois de bashing », a expliqué Jean-Luc Mélenchon, dans une colère froide.

« Diviser les “insoumis” »

Adrien Quatennens a été condamné en décembre à quatre mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Lille. Il a été suspendu du groupe des députés LFI jusqu’en avril.

« Qu’est-ce que vous attendez ? de le tuer ?, a-t-il demandé aux journalistes. Il est à l’écart, il est chez les non-inscrits. Sa punition est suffisante, selon moi. (…) Dans quatre mois, il retournera au groupe des “insoumis”, je le pense. »

« Il a été assez puni, j’ai été assez puni, tous les “insoumis” ont été assez punis », a-t-il encore déclaré, soulignant que « toute personne condamnée a le droit d’être réhabilitée ».

« Je vous demande de bien réfléchir à ce que vous êtes en train de faire à propos de cet homme, vous venez d’inventer la peine sans fin, l’inéligibilité par principe quand bien même le juge ne l’a pas décidée. Ce que vous espérez, c’est de trouver les moyens de diviser les “insoumis” entre eux. Maintenant, ça suffit, foutez-lui la paix, lâchez-nous ! »

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Le cas d’Adrien Quatennens divise toujours La France insoumise

Le Monde avec AFP

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *